Zoom sur la santé financière de 15 000 PME et 2 500 ETI (Edition 2016)

Des PME et ETI en meilleure forme

ATH, association technique de cabinets d'audit et d'expertise comptable, publie une analyse comparée de l'évolution financière de 15 000 PME et de 2 500 ETI sur la période 2008 à 2015, dans le cadre de son Observatoire de l'information financière.

 

SYNTHESE

 

Pendant les huit dernières années, la croissance de l'activité des PME et ETI a été limitée mais elle repart légèrement en 2015 (+1,5 % pour les PME et + 1,7 % pour les ETI) pour une inflation nulle.

 

L'indicateur de rentabilité, le résultat d'exploitation, s'est légèrement redressé en 2015 pour l'ensemble des entreprises mais est loin d'avoir retrouvé son niveau de 2008. Le ratio de résultat d'exploitation sur chiffre d'affaires a évolué de la manière suivante : (3,9 % / 5 % pour les ETI et 3,6 % / 4,4 % pour les PME.

 

Le taux d'endettement a légèrement augmenté pour les ETI (de 49 à 51 %) et nettement reculé pour les PME (de 54 à 45 %).

 

 

 

Dans ce contexte difficile, les PME et ETI réussissent à maintenir, probablement dans un souci de prudence, un niveau de capitaux propres et de trésorerie satisfaisant avec toutefois un endettement en augmentation pour les ETI.
 
L'ACTIVITE DES PME ET DES ETI
 
Le chiffre d'affaires des 15 000 PME  progresse de 10,9 % sur la période des huit années avec un rebond de 1,5 % en 2015. Cette progression couvre l'inflation qui ressort à 10,3 % sur les huit ans et est nulle en 2015. 

La situation est légèrement meilleure pour les ETI dont la progression a été de 15,7 % sur les huit ans et de 1,7 % en 2015.
 
 
 
Mais  la rentabilité a connu un léger mieux en 2015 aussi bien pour les ETI que pour les PME sans toutefois retrouver son niveau de 2008. 

Le taux de résultat d'exploitation sur chiffre d'affaires est passé de 4,4 % (2008) à 3,5 % (2014) et 3,6 % (2015) pour les PME et de 5 % (2008) à 3,5 % (2014) et 3,9 % (2015) pour les ETI sur la période de huit ans.
 
 
 
 
Ces taux restent largement insuffisants pour permettre le développement plus soutenu de ces entreprises.
 
 
 
L'année 2015 montre un léger mieux par rapport à 2014. Le graphique montre à quel point l'écart reste important par rapport à la situation qui était celle de 2008.
 
LES SECTEURS D'ACTIVITE
 
L'ensemble des secteurs, que ce soit pour les PME et les ETI, à l'exception du BTP pour les PME, ont progressé en 2015. Le secteur du BTP poursuit sa chute (-40 % depuis 2008 pour les PME et -22% pour les ETI).
 
 
 

LA STRUCTURE FINANCIERE

 

La trésorerie

 

Les niveaux de trésorerie se sont en moyenne améliorés pour l'ensemble des ETI passant de 8,4 M€ à 9,2 M€ soit une augmentation de 9,2 %. Il en est de même pour les PME qui conservent dans l'ensemble un niveau de trésorerie moyen (1 045 K€ en 2015) en amélioration depuis 2008 (36,8 %).
  

Les capitaux propres

 

Le niveau des capitaux propres s'est amélioré de 22,6 % en moyenne pour les ETI et de 40,3 % pour les PME. Ce renforcement des fonds propres résulte d'une intégration partielle des résultats dans les réserves et éventuellement d'augmentations de capital.

 

L'endettement

 

Le niveau d'endettement s'est alourdi de 27,2 % pour les ETI et 18,4 % pour les PME sur la période de huit ans pour atteindre respectivement un niveau moyen de 34,4 M€ et 1 404 K€ en 2015. 

Le ratio d'endettement (dettes financières / capitaux propres) est stable pour les PME à 45 % entre 2014 et 2015. Il s'est amélioré de 8,4 points sur les huit années passant de 53,7 % en 2008 à 45,3 % en 2015. 

Le taux d'endettement s'est alourdi pour les ETI aussi bien entre 2014 et 2015 que sur la période des huit ans (48,8 % en 2008, 49,5 % en 2014 et 50,7 % en 2015).
 
  

 

© Copyright 2009 Tous droits réservés - Réalisation AVANSIA - OGMYOS / MySolutionManager